Confinement partiel : les forces de l'ordre surveillent les déplacements inter-régions

lors que 19 départements français sont désormais concernés par un confinement partiel, les gendarmes et policiers multiplient les contrôles routiers. Vendredi 26 mars, au péage de Thun-l’Évèque, dans le Nord, la surveillance est de mise. Les déplacements inter-régionaux ou en direction de la Belgique sont dans le viseur des forces de l’ordre qui demandent un justificatif de déplacement aux conducteurs. Une amende de 135 euros "À plus de 30 kilomètres, il fallait une attestation et il n’avait pas d’attestation sur lui donc Monsieur a fait l’objet d’une verbalisation de 135 euros", explique la brigadière Marie Bakowski, du peloton motorisé de Cambrai. Le concerné, quant à lui, accepte l’amende et reconnaît ses torts : "Je ne suis pas surpris, je trouve ça normal, je n’y ai pas pensé, j’avais la tête ailleurs alors bien fait pour moi." "Nous sommes dans une région où le virus circule beaucoup. Notre présence ici est faite pour limiter les déplacements vers les régions où, pour l’instant, le virus circule moins", affirme le capitaine Damien Censier, lui aussi du peloton motorisé de Cambrai. Parmi Nos sources : . Enquête de terrain avec le peloton motorisé de la gendarmerie de Cambrai . Chiffres de la Sanef . site internet du ministère de l’intérieur : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestations-de-deplacement Liste non exhaustive