Confinement partiel en Nouvelle-Zélande après un cas Covid-19 mystérieux

Alix Coutures
·Journaliste
·4 min de lecture
La Première ministre Jacinda Ardern avait annoncé avoir ”à nouveau battu le virus” en octobre.  (Photo: Kristina Parchomchuk via Getty Images)
La Première ministre Jacinda Ardern avait annoncé avoir ”à nouveau battu le virus” en octobre. (Photo: Kristina Parchomchuk via Getty Images)

NOUVELLE-ZÉLANDE- Un cas Covid-19 mystère inquiète les autorités. Alors que la Nouvelle-Zélande n’avait recensé aucun nouveau cas de coronavirus depuis septembre 2020, le gouvernement a annoncé ce jeudi 12 novembre confiner une partie d’Auckland, la plus grande ville du pays, d’après le quotidien britannique The Guardian. Une étudiante universitaire, qui n’avait pas circulé dans des zones à risque comme les frontières, a été mystérieusement infectée par le coronavirus.

“Au nom du principe de précaution, nous demandons aux personnes qui travaillent dans le centre-ville d’Auckland de rester à la maison à partir du vendredi 13 novembre pendant que les autorités tracent l’origine de la contamination de l’étudiante infectée, a exhorté le ministre de la Santé Chris Hipkins. Si vous devez absolument aller dans ces zones, portez des masques et respectez la distanciation physique.” Au total, 100.000 travailleurs du centre-ville sont concernés par ces instructions, sur une population de 1,6 million à Auckland.

Deux de ses amis placés en quarantaine

Si l’étudiante contaminée est en quarantaine depuis les résultats de son test ce jeudi 12 novembre, elle s’était rendue au travail la veille en portant un masque. En plus d’avoir interagi avec des clients, d’après son employeur, elle avait effectué plusieurs trajets en Uber et s’était rendue dans quatre cafés, a rapporté le Guardian. Deux de ses amis ont été placés en quarantaine, même s’ils ne présentaient aucun signe d’infection. Quant aux résidents de son immeuble, ils ont été priés de rester chez eux et de se faire tester auprès d’une équipe de dépistage dépêchée en urgence sur place.

Pour l’heure, les autorités ne parviennent pas à remonter l’origine de la contamination, malgré de nombreux entretiens avec la jeune femme. “Ce n’est pas génial de recenser un nouveau cas sur le territoire, a déploré dans un tweet le maire d’Auckland Phil Goff. Mais nous avons déjà connu cette situation et nous en sommes venus à bout grâce au respect des règles sanitaires. N’oubliez pas de porter un masque, d’utiliser l’application Covid et de respecter les consignes sanitaires et la distanciation physique. Soyez respectueux, patients, et prenez soin de vous!”

Ashley Bloomfield, le directeur général du ministère de la Santé, a annoncé qu’un traçage de chacun des déplacements de la jeune femme au cours de la dernière semaine était en cours. Le ministre de la Santé Chris Hipkins s’est voulu rassurant, exhortant les Néo-Zélandais à ne pas paniquer, et vantant une approche “calme et méthodique”.

Ce cas de contamination intervient alors que la Première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern avait annoncé lundi 5 octobre dernier avoir ”à nouveau battu le virus”, après qu’un nouveau foyer épidémique avait été découvert en août dans la plus grande ville du pays. L’Organisation mondiale de la santé avait salué la stratégie gouvernementale de la Nouvelle-Zélande puisque le pays n’a enregistré que 25 décès et moins de 2000 contaminations depuis l’apparition du coronavirus.

Mais la Première ministre avait alors affirmé qu’il ne fallait pas s’endormir sur ses lauriers. “Un retour du virus n’est pas la seule chose qui nous inquiète, il y a aussi un retour de la complaisance”, avait-elle tonné.

À voir également sur Le HuffPost: Le classement des masques selon leur efficacité face au coronavirus

LIRE AUSSI:

Castex attendu pour un nouveau point sur le Covid-19, sans assouplissement en vue

Covid-19: le bilan en courbes et cartes à J+14 du confinement

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.