Confinement oblige, Charlotte Gainsbourg ne fait plus "aucun effort", même pour Yvan Attal !

·1 min de lecture

Sans artifices. Icône mode, tout comme sa mère Jane Birkin, pour son élégance rock et épurée, Charlotte Gainsbourg est-elle aussi tendance et lookée à l'abri des regards ? Elle l'a avoué elle-même au cours d'une récente interview accordée au magazine Marie Claire : confinée, elle se laisse aller à un temps de répit vestimentaire. "En ce moment, sans doute un effet du confinement, je ne fais aucun effort. Même pour Yvan [Attal], c'est terrible, je ne fais rien", reconnaît-elle, non sans rire. "Je ne pensais pas me retrouver en jogging le dimanche." Nombreux seront les Français qui se reconnaîtront.

Un temps de confort dont elle attend la fin. "Cela sera agréable de retrouver le côté ludique de l'habillement." Couple à part, Charlotte Gainsbourg et Yvan Attal mettent un point d'honneur à rester indépendants. La crise sanitaire leur a donné un coup de pouce. Tandis que la chanteuse et comédienne est restée à New York, le réalisateur, lui, a été coincé à Paris en raison des restrictions sanitaires du printemps 2020. "Juste avant le confinement, j'étais à New York avec Charlotte et mes filles et je suis rentré pour préparer ce film de Karine Tuil que j'étais censé préparer mars-avril et tourner juin-juillet", s'est-il souvenu auprès de Culture Médias, "Boum, on est confiné, donc je me suis retrouvé tout seul à Paris, avec mon fils." Un éloignement long mais sans "angoisse particulière."

Un couple atypique qui a trouvé son équilibre. La longévité de leur amour ne les incite pourtant (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Sheila doute toujours des causes de la mort de son fils : "Il a fait un choix, qu'il a choisi ou pas..."
Louise Bourgoin : qui est son compagnon Tanguy Destable, qui lui a fait oublier Julien Doré ?
Laeticia Hallyday et Jalil Lespert : messe et brunch 5 étoiles avec Jade et Joy pour Pâques
PHOTOS - Meghan Markle, Kate Middleton, Charlotte Casiraghi... quand elles étaient petites filles
Karine Lacombe ne croit pas à la théorie des 4 semaines pour freiner l’épidémie