Confinement obligatoire à cause du coronavirus: Les règles en Italie et en Espagne

Le HuffPost avec AFP
Une rue déserte à Milan en Italie le 15 mars 2020.

CORONAVIRUS - Face à l’épidémie de coronavirus, les Français, privés de la plupart des lieux publics, s’attendent à d’éventuelles mesures plus radicales avec l’allocution d’Emmanuel Macron ce lundi 16 mars à 20h.

Pays les plus touchés d’Europe, l’Italie puis l’Espagne sont déjà passées à la vitesse supérieure en termes de confinement, puisque celui-ci y est devenu obligatoire. C’est le scénario recommandé par la Comité scientifique qui conseille le chef de l’Etat.

Si comme en France, les écoles et universités sont fermées, mais aussi les restaurants, les bars, les discothèques, les salles de sport ou de danse, la différence se voit essentiellement dans les rues. La police est en effet déployée en nombre chez les deux pays voisins.

En Italie, celle-ci s’assure notamment qu’il n’y a pas de rassemblement ou que les passants ou les personnes promenant leur chien restent à la distance réglementaire d’un mètre.

Les Italiens n’ont d’ailleurs le droit de sortir de chez eux -seuls- que pour des raisons impératives comme aller travailler (si le télétravail est impossible), se rendre à la pharmacie, se faire soigner ou acheter à manger.

Contrôles de police aléatoires et amendes

Pour s’assurer que ces règles sont bien respectées, les forces de l’ordre peuvent contrôler les personnes circulant dans la rue, les gares ou les aéroports. Les citoyens contrôlés doivent alors fournir une lettre de leur employeur ou un certificat médical. En cas d’absence de justificatif, ils risquent jusqu’à trois mois de détention ou une amende dépassant les 200 euros, rappelle Le Parisien.

En Espagne, seuls les commerces essentiels sont actuellement ouverts, et les gens ne peuvent sortir que pour se rendre au travail ou se faire soigner. Il est ainsi interdit de se rendre chez un ami, un voisin ou même de rencontrer des gens dans la rue.

Comme en Italie, des contrôles de police peuvent être effectués dans la rue, dans les gares et aéroports. Selon El Independiente, la loi permet des sanctions allant...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post