Confinement : de nombreux commerces doivent de nouveau baisser le rideau

C’est un nouveau coup dur qui frappe les commerçants de Lille (Nord), vendredi 19 mars. Après les annonces du gouvernement, ceux considérés comme n’étant pas de première nécessité doivent baisser le rideau pour au moins quatre semaines. Dominique Gabiano a déjà perdu 60% de son chiffre d’affaires en un an. "Il y a un peu de lassitude, on attend le coup de grâce. Quatre semaines à la maison, ça ne fait pas rentrer d’argent, c’est l’angoisse", déplore-t-elle. Entraide entre commerçants Pour ce dernier jour d’ouverture possible, les clients sont venus en nombre face à une date de réouverture incertaine et en dépit de la possibilité de faire des achats en ligne. À Tourcoing (Nord), Bernadette Danel est la gérante de la boutique Claudy Fantaisies. Elle ne comprend pas l’obligation de fermer. "À quoi cela sert-il ? Je suis une toute petite structure, j’accueille une personne à la fois. C’est une saison qui démarre, on a besoin de travailler", estime-t-elle. Comme beaucoup, elle peut compter sur l’entraide entre commerçants. Ses commandes seront distribuées par son voisin, vendeur de bonbons, qui peut rester ouvert. "Ça fait mal au cœur, c’est mon geste de solidarité", conclut Olivier Demeyer.