Confinement: même l'attestation de déplacement vire à la critique politique

Romain Herreros
·Journaliste politique
·2 min de lecture
Jean Castex photographié lors de sa conférence de presse du jeudi 18 mars (Photo: Martin Bureau / AFP / POOL)
Jean Castex photographié lors de sa conférence de presse du jeudi 18 mars (Photo: Martin Bureau / AFP / POOL)

POLITIQUE - Il paraît loin, très loin, le temps de l’union nationale observé lors du premier confinement. Alors qu’un nouveau régime de restrictions est entré en vigueur dans seize départements, une sorte de confinement partiel qui n’assume pas vraiment son nom, un dernier modèle d’attestation de déplacement a été dévoilé dans la nuit. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les nombreuses règles et dérogations que le document propose alimentent un procès en illisibilité, instruit notamment par l’opposition, de gauche comme de droite.

C’est ainsi que le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, a taillé en pièces ce “chef-d’œuvre bureaucratique” imaginé par le gouvernement. “S’il y avait un concours des pires inventions, un concours Lépine de l’absurde et de l’inutile, le ministère de l’Intérieur aurait une bonne chance de décrocher le premier prix”, raille sur Twitter l’élu vendéen.

Toujours à droite, le député LR du Pas-de-Calais Pierre-Henri Dumont y est également allé de son commentaire amer: “15 motifs de dérogation, pas de limite pour aller travailler, 1 km pour sortir le chien, 10 km pour s’aérer, 30 km pour faire ses courses”. Et d’ironiser: “Heureusement, il est possible pour une personne sans imprimante de recopier cette attestation à la main. Le seul problème, c’est qu’en commençant à l’écrire à 8h, on n’est pas certain de l’avoir fini avant le début du couvre-feu”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

De l’autre côté de l’échiquier politique, le député LFI Bastien ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.