Confinement : Marc Fesneau douche les maigres espoirs des commerces

·2 min de lecture

A la veille de la conférence de presse du Premier ministre, deux semaines après le reconfinement, le ministre chargé des Relations avec le Parlement a écarté mercredi une réouverture des commerces "à ce stade".

Le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, a écarté mercredi une réouverture des commerces "à ce stade", estimant que leur fermeture évite "la multiplication des possibilités de contamination" et permet de freiner la propagation du coronavirus. "Pas à ce stade", a répondu le ministre sur franceinfo, interrogé sur l'éventualité d'une réouverture des petits commerces jugés "non essentiels", fermés depuis l'entrée en vigueur du reconfinement il y a près de deux semaines.

"On l'a fait pour éviter que nous nous déplacions plus qu'il n'en faut"

"Je comprends tout à fait la détresse des commerçants qui sont fermés", a expliqué Marc Fesneau, à la veille d'une conférence de presse du Premier ministre Jean Castex, qui doit évaluer les résultats obtenus par le reconfinement en vigueur depuis le 31 octobre afin de freiner la deuxième vague de Covid-19.

"On l'a fait pour éviter que nous nous déplacions plus qu'il n'en faut", a expliqué le ministre. "A chaque fois que l'on se déplace, on multiplie les possibilités de contamination et donc on multiplie les possibilités d'expansion du virus", a-t-il souligné.

Le point presse de Jean Castex de jeudi doit être précédé, dans la matinée, par un Conseil de défense à l'Elysée dédié au Covid-19. "S'il (Jean Castex) décidait de maintenir ces commerces fermés, évidement que chaque jour qui passe, le risque est plus grand de voir ces artisans, ces indépendants et ces commerçants mettre la clef sous la porte avec le cortège de chômeurs qui en sera la conséquence", a déclaré à la presse la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, en marge de la cérémonie du 11 novembre à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).

"Ils ont fait énormément d'efforts, beaucoup(...)


Lire la suite sur Paris Match