Confinement du littoral des Alpes-Maritimes au cours des deux prochains week-ends

·1 min de lecture

Alors que la circulation du virus est particulièrement élevée dans les Alpes-Maritimes, le préfet a annoncé ce lundi 22 février des restrictions supplémentaires, dont un confinement du littoral le week-end.

Depuis plusieurs semaines, la situation épidémique est critique dans la métropole niçoise. Le taux d’incidence y est particulièrement élevé, avec près de 600 cas positifs pour 100 000 habitants, soit près de trois fois la moyenne nationale. Autre constat : 10 % des tests de dépistage s’avèrent positifs (contre 6 % pour l’ensemble de la France), dans un contexte de diffusion du variant britannique, plus contagieux. Au CHU de Nice, "plus de 90 % des places en réanimation sont occupées", a déclaré le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez.Après concertation avec les élus locaux ainsi que le gouvernement, Bernard Gonzalez a ainsi annoncé ce 22 février de nouvelles mesures de restrictions. Parmi lesquelles un confinement local à Nice et sur une partie du littoral des Alpes-Maritimes pour les deux prochains week-ends. Soit sur une surface s'entendant de Menton à Théoule-sur-Mer. Il devrait débuter à partir du vendredi soir 18 heures et jusqu'au lundi matin 6 heures. D'après les déclarations du préfet lors d'une conférence de presse, il sera toujours possible de sortir de chez soi, muni d’une attestation, pour faire du sport, ou ses courses, et ce dans un rayon de 5 km autour du domicile.Accélération de la vaccinationDès ce mardi 23 février, Bernard Gonzalez a...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Confinement face aux variants : Emmanuel Macron prend ses distances avec les scientifiques

"Nous pouvons encore éviter le confinement" : l'annonce de Castex qui n'en contenait pas vraiment

"Le confinement des personnes âgées est à rebours de ce qu'il faut faire"

Tanguy Habrand : " Le confinement a exacerbé les positions des acteurs du monde du livre "

Confinement : l'attestation officielle de déplacement n'était pas obligatoire, selon le Conseil d'Etat