Confinement : l'isolement pèse lourd sur le moral des Français

Dans un contexte de crise sanitaire, la solitude pèse sur le moral des Français. Seule dans son salon, Yvette Foy suit son cours de sport à distance. Depuis un an, elle ne peut pratiquer en salles avec ses amies, et le cœur n'y est plus vraiment. Pour ne pas rester seule dans son appartement, elle s'oblige à prendre l'air tous les jours, et se réjouit de pouvoir parfois croiser sa voisine. "Des fois elle n'a pas trop le moral, donc on passe la voir, ça lui fait du bien", raconte celle-ci. Son amie Arlette, qui vit seule elle aussi, a hâte de retrouver les salles de théâtre et de cinéma. Solitude même en famille Les restrictions pèsent aussi sur le moral des familles. La crise sanitaire a privé Astrid Jacob, conseillère en immobilier, et Vincent, joueur de roller-hockey, d'une grande part de leur vie sociale. "C'est vrai que ça manque, la présence au bureau", déplore cette dernière. Sans le sport et ses coéquipiers, son mari se sent seul. "C'est les copains quoi ! Les déplacements, les phases finales de championnats, les voyages en car, les soirées d'âpres-match, tout ça, c'est terminé. Ça fait partie entièrement moi, donc sans ça, il manque quelque chose", explique-t-il. Un point positif pour le couple tout de même : la crise leur a permis de passer plus de temps avec leurs trois enfants. Une chance que n'a pas Yvette, qui ne peut pas voir sa famille.