Confinement : l'inquiétude d'une propriétaire d'un magasin de jouets

Depuis le début du confinement, chaque journée est une épreuve d'endurance pour Virgine Nolf, à la tête d'un magasin de jouet à Villeneuve-d'Ascq (Nord). Elle travaille 16 heures par jour pour tenter de sauver les meubles. La commerçante vient de mettre en place un système de commande en ligne, avec 4 500 références de produits à faire connaître à ses clients. Ainsi, elle prend ses articles en photo pour les mettre sur son site. "C'est un travail énorme", confie-t-elle. Des livraisons à domicile pour s'en sortir Ses journées sont plus longues, alors qu'elle réalise seulement 30% de son chiffre d'affaires normal. Les clients, eux, sont surtout des habitués. Chaque jour, ils sont une dizaine à venir chercher leur commande. D'autant que pour Virginie Nolf, la période est stratégique à l'approche de Noël. Juste avant l'annonce du confinement, elle avait reçu un stock de 50 000 euros de jouets. Pour essayer de s'en sortir, en plus du click and collect, chaque soir, la commerçante se lance désormais dans une tournée de livraisons à domicile, parfois jusqu'à 22 heures.