Confinement : l'attestation officielle de déplacement n'était pas obligatoire, selon le Conseil d'Etat

·1 min de lecture

Dans une décision du 22 décembre, le Conseil d'Etat affirme que le formulaire d'attestation de déplacement dérogatoire n'avait pas plus de valeur qu'un autre justificatif légitimant le déplacement.

Alors en fait, ça ne servait à rien… Dans une décision du 22 décembre, le Conseil d'Etat affirme que le formulaire d'attestation de déplacement dérogatoire, téléchargé, imprimé et rempli des millions de fois par les Français lors des deux périodes de confinement, n'avait pas plus de valeur qu'un autre justificatif légitimant le déplacement.A LIRE AUSSI : Confinement : j'ai été condamné parce que je ne portais pas de joggingL'autorité administrative suprême écrit en effet : "L'obligation, pour les personnes souhaitant bénéficier des exceptions à l'interdiction de sortir, de se munir d'un document leur permettant de justifier que leur déplacement entrait bien dans le champ de ces exceptions ne prévoit aucun formalisme particulier, de sorte que tout document apportant des justifications équivalentes peut être produit à cette fin." Traduction : une attestation d'employeur ou une ordonnance, par exemple, suffisait tout à fait pour se déplacer si nécessaire.De même, dans le cas d'une sortie pour faire les courses, par exemple, il n'était pas nécessaire d'avoir le fameux formulaire : "A première vue, du moment qu'on se trouvait dans un des cas de dérogation prévus, une attestation sur l'honneur faite à la main, même sans recopier à la lettre le texte de l'attestation officielle,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Vaccins, masques, confinement... Les 9 revirements du gouvernement sur le Covid-19

Jouer aux échecs, la passion des confinés : nos conseils pour s'initier et progresser

"La psychose, le confinement et ses effets anxiogènes ont des effets pervers que nous subirons à long terme"

Covid-19 : le bon élève allemand poussé au confinement dur

Pour finir le confinement, cinq jeux vidéo à moins de quinze euros