Confinement : l'angoisse est de mise pour les commerces "non-essentiels"

Le jeudi 29 octobre signe le dernier service avant le reconfinement pour le patron du restaurant L'Abbaye, à Lille (Nord). Une sensation de déjà vu par rapport à mars dernier. "On va être à 50 % du chiffre d'affaires annuel", estime Laurent Bestyn. À L'atelier de coiffure, les clients défilaient dans la journée pour profiter d'un dernier coup de ciseau. Pourtant, Marie Normand s'attend elle aussi à voir ses recettes divisées par deux, et s'inquiète déjà pour l'année prochaine. "Ma plus grande crainte, c'est que le scénario se réitère", indique-t-elle. Un coup dur pour les magasins de jouets Beaucoup de commerçants comptent sur les fêtes de fin d'année. Dans la boutique Un ours et les étoiles, les cartons s'accumulent. Ils représentent 50 000 euros de jouets à écouler, malgré un magasin fermé. "J'ai lancé un site internet que je vais remplir ardemment tout le weekend du 31 octobre", explique la gérante du magasin.