Confinement : l’histoire d’une photographie qui a marqué la France

A Hellemmes (Nord), une mère et sa fille revivent cette photographie prise il y a un an, lors du premier confinement. Séparées par la vitre froide de la fenêtre d’une maison, elles ont tenté de joindre leurs mains alors qu’elles ne devaient pas se toucher. Ce cliché qui illustrait alors ce qui vivait de nombreux Français a marqué les esprits. “C’était à la fois une barrière, mais à la fois on pouvait se voir, c’est fort, et en même temps c’est triste parce qu’on ne savait pas où on allait, c’était le tout début”, raconte Ghislaine Bruchet, la fille. Un prix de la fondation Varenne Photographe pour La Voix du Nord, Pascal Bonnière a saisi cet instant. “Elles me touchaient énormément, cette mère et cette fille, ça montrait la séparation des familles, et moi-même je ne voyais pas ma mère et j’ai été séparé de mon fils pendant deux semaines, ça m’a marqué”, se souvient-il. La photo a reçu un prix de la fondation Varenne. Depuis, les deux femmes se sont retrouvées malgré les risques. La mère, Ghislaine Demullier, 82 ans, ne sort plus de chez elle, une épreuve. Depuis sa fenêtre, elle observe les passants, qui la saluent. “C’est mon horizon”, résume-t-elle, émue.