Un confinement en Ile-de-France ? Gérald Kierzek appelle "à ne pas céder à la psychose"

·1 min de lecture

"Avec les variants, la donne a changé. C’est presque une nouvelle épidémie qui a commencé", alertait Gabriel Attal ce mercredi 17 mars à l'issue du conseil des ministres. Alors que des "mesures supplémentaires" devraient entrer en "application dès ce week-end" en Ile-de-France, Gérald Kierzek a appelé l'exécutif "à ne pas céder à la psychose" sur le plateau de LCI.

Fermement opposé au confinement, le médecin urgentiste estime que l'"on n'est pas dans une situation de flambée épidémique [mais] de tension sur les réanimations". Et Gérald Kierzek de poursuivre : "on a des places disponibles. Je ne voudrais pas qu'on cède à la psychose (…) il n'y a pas actuellement à avoir d'affolement sur les chiffres épidémiques". D'autant plus que le médecin l'assure, "il y a encore des marches de manoeuvre".

De son côté, Emmanuel Macron, qui refuse d'être le président du 3ème confinement, se montre hésitant. "On ne peut pas demander aux gens d'avoir un effort de travail pendant cinq jours et de poser le couvercle sur la marmite le week-end (...) Il faut qu'on permette aux citoyens d'avoir des mesures qui leur laisse reprendre le grand air", a déclaré le président ce mercredi 17 mars auprès de plusieurs édiles, rapporte Europe 1. "On a appris une chose par rapport au premier confinement, être dehors c'est plutôt bon, sauf si c'est pour boire de la bière dans des endroits communs", a par ailleurs reconnu le chef de l'Etat qui, conscient de jouer sa réélection, avance désormais à pas de loup.

Lire la suite sur le site de GALA

"Seul William a compté, Harry en a été frustré" : le prince Charles a-t-il un fils préféré ?
Le saviez-vous ? Cécile Bois est "mariée" à Brad Pitt
Richard Berry, Gérard Depardieu, Bernard Tapie... Les confidences de leur avocat Hervé Temime
VIDÉO - "Monsieur le Président, on n'est pas des chiens" : Pascal Praud interpelle Emmanuel Macron
Sophie Davant sans tabou : "J'ai connu des chagrins d'amour qui m'ont mise à terre"