Confinement : les Français se déplacent davantage qu'au printemps dernier

Pour ce second confinement, il n'y a pas d'embouteillages, mais du monde dans certains quartiers de Paris, presque comme d'habitude. La fréquentation des transports en commun confirme cette tendance : le nombre de voyageurs quotidiens représentent 30 à 50% de l'affluence normale à la RATP contre 5% lors du premier confinement. La différence est également flagrante sur le rail. Dans les TER, la fréquentation a chuté à 33% contre 2,5% lors du premier confinement. Des chiffres logiques ? En ville, trottinettes et vélos en libre-service ont perdu jusqu'à la moitié de leurs usagers. Les applications de smartphones ont également enregistré une baisse moins importante des déplacements en voiture qu'au printemps. "Le deuxième confinement limite moins les déplacements que le premier [...] Ce qui est normal puisque les règles sont adaptées. On peut aller à l'école et certaines activités économiques peuvent se poursuivre", explique Michaël Trabbia, directeur technologie et innovation de l'opérateur Orange.