Confinement : les forains ne sont pas à la fête

Une grande roue à l'arrêt, des stands déserts et des allées désespérément vides : voici à quoi ressemblent ce samedi 25 avril les 10 hectares de la Foire du Trône, à Paris (Île-de-France). Du jour au lendemain, au moment de l'annonce du confinement en mars, Aurélien Hector et sa famille ont dû revoir tous leurs plans. "On a démonté l'ensemble des structures (...) Une foire comme celle-ci représente environ 40% de mon chiffre d'affaires annuel", se désole le forain. "Une ambiance particulière" Comme tous les autres forains propriétaires d'un stand ou d'un manège sur la Foire du Trône, Aurélien Hector s'occupe comme il peut. Certains avaient faire de lourds investissements et vont donc perdre beaucoup d'argent. Donc même si le soleil est au rendez-vous, l'ambiance n'est pas au beau fixe. "L'ambiance, avec les stands et les attractions à moitié montés, est très particulière...", confie Yolaine Hector.