Confinement : "Il faut s'emparer positivement de cette période pour la supporter mieux", explique un psychiatre

franceinfo
·1 min de lecture

"Il faut s'emparer positivement de cette période pour la supporter mieux. Il faut retrouver de la maîtrise", estime Nicolas Franck, psychiatre et chef de pôle au centre hospitalier du Vinatier, à Bron (Rhône), invité de franceinfo samedi 31 octobre. Alors que le nouveau confinement est entré en vigueur vendredi, il estime que, comme pour le premier, ce sont les jeunes qui vont le plus souffrir "de cet isolement et de cette coupure sociale".

>> Suivez les dernieres informations sur l'épidémide Covid-19 et sur le confinement dans notre direct

franceinfo : La deuxième vague sera-t-elle pire que la première du point de vue de la santé mentale ?

Nicolas Franck : Je pense que ce sera à peu près la même chose que la première fois. Certaines personnes ont très bien supporté cette épreuve et se sont adaptées. Mais d'autres en ont beaucoup souffert. Je pense que ceux qui ont bien vécu la première vague vont reprendre leurs habitudes, vont recréer leur microcosme quotidien qui leur convient. En revanche, ceux qui s'étaient déjà enfoncés avec la première vague vont repartir d'où ils en étaient et risquent d'aller encore plus bas. Mon inquiétude va vers ceux-là.

L'enquête que nous avons menée au printemps pendant confinement nous montre clairement que ce sont les jeunes qui ont le plus souffert de cet isolement et de cette (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi