Confinement: des fédérations veulent supprimer la règle du kilomètre pour le sport en extérieur

·3 min de lecture

En France, des fédérations et des associations concernées par l’activité physique individuelle en extérieur signent une tribune intitulée « Pour la Santé de tous : limitons les contacts plutôt que les sorties » pour demander au gouvernement français d’assouplir la règle du kilomètre en vigueur. En effet, comme lors du premier confinement, les citoyens sont autorisés à faire du sport en extérieur une heure par jour, à moins d’un kilomètre de chez eux.

« Alors que le deuxième confinement pourrait durer plus longtemps que le premier, autorisons aux citoyens un accès responsable à l’activité physique individuelle en extérieur. L’usage du vélo, la marche et le running relèvent de questions de santé publique tant physique que mentale ! », peut-on lire dans la tribune.

Ou encore : « Nos organisations sont [...] vigilantes à une prise en compte globale de la santé, ce qui comprend nécessairement l’accès à la pratique régulière d’une activité physique, indispensable pour la santé physique et mentale, et qui renforce le système immunitaire. Ainsi, nous tenons à rappeler que l’OMS recommande de continuer l’activité physique durant la pandémie. »

« On ne remet pas en cause le fait de pouvoir sortir qu’une heure »

« Cette tribune est centrée sur la problématique du kilomètre mais on ne remet pas en cause le fait de pouvoir sortir qu’une heure car nous sommes en confinement », déclare à RFI Michel Callot, président de la Fédération française de cyclisme. « J’ai peur que ce kilomètre dissuade les gens d’aller faire du sport et surtout du vélo. Et je crains aussi que cela rende l’environnement plus dangereux et moins adapté. On voudrait faire sauter cette limite du kilomètre pour rendre le sport plus facile en extérieur », précise-t-il.

Pour le moment, s’il est envisagé par le gouvernement de faire reprendre le sport en club pour les enfants, les fédérations n’ont encore aucune visibilité pour les adultes. D’où la demande actuelle.

Les fédérations qui ont signé ce manifeste constatent que lors du premier confinement, « les Français ont pris 2,5 kg de poids en moyenne ». Et les professionnels de santé ont constaté « une dégradation de la santé psychologique » en lien direct avec l’enfermement.

Les signataires indiquent que « la pratique individuelle en extérieur expose peu au virus ». Michel Callot témoigne que sur les 3500 courses cyclistes organisées après le premier confinement sur le territoire français, aucune n’a été l’objet d’un « cluster ». « Je suis inquiet pour la période qui vient car elle est un enjeu majeur pour la prise de licence dans notre fédération », ajoute-t-il.

« Nous comprenons la nécessité de limiter autant que possible les sorties, mais uniquement dans le but d’éviter les regroupements. Ainsi, la restriction de distance nous semble totalement contre-productive », conclut le manifeste.

Une demande avait déjà été faite il y a quelques jours par 45 députés qui avaient adressé un courrier à Roxanna Maracineanu, ministre déléguée aux Sports, afin de réclamer la fin de cette restriction.