Confinement : 74% des étudiants issus de milieux populaires se sentent en détresse psychologique

Ingrid Bernard
·2 min de lecture
hispanic latina college student works on assignment in her dorm room. She is writing something in a notebook. A laptop is on her desk.

hispanic college student doing some home works from home with laptop

hispanic latina college student works on assignment in her dorm room. She is writing something in a notebook. A laptop is on her desk.

Isolement, angoisse, précarité économique... Un sondage mené auprès de 1.500 étudiants issus de milieux populaires démontre l’impact négatif de ce deuxième confinement.

“J’ai une grande perte de motivation, alors qu’en septembre, après avoir vécu le premier confinement, j’avais eu envie de me redonner du ‘peps’ pour repartir. Mais même pas le premier semestre écoulé, qu’un deuxième confinement, une grosse perte de motivation je ne fais même plus mes devoirs”. Tel est le témoignage d’un étudiant recueilli dans le cadre d’un sondage réalisé auprès de 1.500 étudiants par Article 1, association reconnue dans la lutte pour l’égalité des chances.

Avec ce deuxième confinement, le moral des étudiants a cruellement chuté. Le plus difficile à vivre pour les étudiants du supérieur ? La rupture du lien social à cause des cours à distance et la précarité financière. Pour 40,5% des personnes interrogées, ce sont les cours physiques et les échanges avec leurs professeurs qui manquent le plus, éléments qu’ils considèrent fondamentaux pour le déroulement de leur année universitaire. Viennent ensuite les amis pour 37,5% d’entre eux, puis la vie étudiante pour 16,5%.

“Chez les étudiants les plus défavorisés, en plus de la difficulté à suivre les cours à distance et de la précarité économique qui s'accroît, nous identifions une réelle détresse psychologique. Nous ressentons leur isolement et leur angoisse !”, affirme Benjamin Blavier, cofondateur d’Article 1. Il ressort, en effet, que 73,5% des étudiants interrogés se disent en premier lieu stressés et épuisés par l’incertitude ambiante liée à la crise et accentuée avec le second confinement. 66,2% se disent préoccupés par les cours. Pis, 45,2% sont inquiets pour leur situation financière.

VIDÉO - Rodrigo Arenas : "Les enfants du confinement sont une génération sacrifiée, c’est une réalité"

Des mesures prises par le gouvernement

Face à la détresse des étudiants, le gouvernement a décidé de mettre en place un certain nombre de mesures. Jean Castex a ainsi annoncé, jeudi 12 novembre, la création de 1.600 jobs étudiants entre novembre 2020 et janvier 2021. “Chacune des 800 cités universitaires va disposer de deux référents étudiants qui viendront renforcer le travail des Crous”.

Les étudiants boursiers qui n’ont pas pu effectuer leur stage obligatoire dans le cadre de leur année scolaire 2019-2020 avant le 31 août 2020 vont pouvoir prolonger le versement de leur bourse. Les modalités de ce dispositif d’Aide au report de stage obligatoire (RESO) sont précisées sur le site du Service Public.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :