Confinement : "Les entreprises ont la volonté de pousser au maximum le télétravail sans forcément tomber aux cinq jours sur cinq", assure l'association des DRH

franceinfo
·1 min de lecture

Face à la crise sanitaire liée au Covid-19, le gouvernement a demandé à toutes les entreprises qui le pouvaient de mettre leurs salariés en télétravail. Une demande ignorée dans beaucoup de sociétés. "Il y a une sorte de méfiance, mais les entreprises ont la volonté de pousser au maximum le télétravail sans forcément tomber aux 5 jours sur 5", a expliqué jeudi 5 novembre sur franceinfo Benoît Serre, vice-président délégué de l’ANDRH (Association nationale des directeurs des ressources humaines).

franceinfo : La consigne est-elle difficile à faire respecter ?

Benoît Serre : Juridiquement, le gouvernement ne peut pas imposer le télétravail. Je reconnais que dans un certain nombre de cas, les entreprises ou les dirigeants ne veulent pas parce qu'ils ont une mauvaise perception du télétravail. On a une culture managériale très présentéiste. Avant le Covid-19, toutes les études montraient que les gens en télétravail étaient aussi productifs, voire plus productifs. Celui qui ne travaille pas au bureau ne travaillera pas chez lui et celui qui travaille au bureau travaillera chez lui. La comparaison est difficile à faire avec le premier confinement où les gens se disaient que cela allait durer deux mois et où on avait mis en place un télétravail massif en prenant des risques sur l'organisation, la productivité de l'entreprise parce que c'était court. Là, on sait que ça va durer des mois et on met en place des organisations les plus équilibrées possibles entre la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi