Confinement : des entreprises rechignent à instaurer le télétravail

Touchée par une seconde vague, la France n’a eu d’autre choix que de débuter un deuxième confinement. Parmi les mesures, le télétravail est fortement préconisé. Toutefois, des entreprises rechignent à l’instaurer. Des sanctions pourraient dès lors s’appliquer. Vendredi 6 novembre, Élisabeth Borne, ministre du Travail, s’est rendue à la BNP, chez Engie ou Total pour mettre la pression aux employeurs. "Je pense qu’ils [les patrons] ont bien compris le message", estime-t-elle. Mauvaise volonté dans certains secteurs La consigne est cependant loin d’être de mise partout. Des banques, notamment, font de la résistance. Un conseiller en agence bancaire témoigne ainsi, sous couvert d’anonymat : "Le télétravail n’a pas été mis en place. On nous a même demandé de rester en agence et de continuer notre travail normalement." Par ailleurs, Dominique Carlac’h, porte-parole du MEDEF, se range du côté des patrons et comprend que l’on ait envie de rompre l’isolement en entreprise.