Confinement: Avec ses dealers "sans attestation", le préfet de police du 13 étonne

Paul Guyonnet
·Journaliste
·2 min de lecture
Sur BFMTV, le préfet de police des Bouches-du-Rhône Emmanuel Barbe a déploré que des acheteurs et vendeurs de drogue se déplacent sans attestation de sortie pendant le confinement.  (Photo: Capture d'écran BFMTV)
Sur BFMTV, le préfet de police des Bouches-du-Rhône Emmanuel Barbe a déploré que des acheteurs et vendeurs de drogue se déplacent sans attestation de sortie pendant le confinement. (Photo: Capture d'écran BFMTV)

CONFINEMENT - C’est le mot d’ordre du weekend: après la “mansuétude” des dernières semaines, Gérald Darmanin veut que les Français respectent davantage le confinement mis en place pour contrer l’épidémie de coronavirus ces 14 et 15 novembre.

Alors de grandes opérations de contrôle des attestations sont menées partout en France par les forces de l’ordre, largement relayées sur les réseaux sociaux de la police et en y donnant accès la presse.

C’est ainsi que dans la matinée de ce samedi 14, BFMTV a proposé un duplex à Emmanuel Barbe, préfet de police des Bouches-du-Rhône, pour savoir si confinement était effectivement mieux respecté ce weekend que les précédents. L’ancien spécialiste de la sécurité routière s’est plié à l’exercice, détaillant les contrôles du jour, menés par la police sur l’axe Marseille-Cassis.

Sauf que s’il a dressé un bilan plutôt positif de l’opération, le préfet s’est également permis une formule qui a étonné. “Globalement, tous ceux de bonne foi ont bien compris les règles et les appliquent facilement”, a-t-il commencé, avant d’expliquer: “J’étais hier sur des points où on vend de la drogue et personne parmi les acheteurs, et à plus forte raison parmi les vendeurs, n’avait d’attestation.” Et de conclure: “Vous voyez donc que le système est bien compris.”

Une sortie qui a dérouté, notamment sur les réseaux sociaux, où certains se sont demandé si le préfet aurait préféré contrôler des acheteurs et des vendeurs de drogue en p...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.