Confinement : la désillusion des étudiants revenus vivre chez leurs parents

À 19 ans, Morgane Danguy, étudiante, est revenue habiter chez ses parents, pour ne pas subir le confinement seule. Elle passe désormais sa vie étudiante dans sa chambre d’enfant. "C’est vraiment une régression, je pensais ne rentrer que le week-end, comme une bouffée d’air frais, mais là, j’ai l’impression de revenir au collège", lance la jeune femme. Morgane a grandi, et après plusieurs mois loin de chez ses parents, elle a pris ses propres habitudes, ce qui rend la cohabitation conflictuelle. Un étudiant sur trois est revenu chez ses parents Un étudiant sur trois est dans la même situation que Morgane. Une décision prise pour des raisons financières, ou pour fuir la solitude. Dans la Drôme, trois frères et sœurs, tous étudiants, sont revenus vivre chez leurs parents. Leurs cours en ligne rythment la vie de famille. Mais cette vie a un goût de désillusion pour Antoine Monville, à qui on a souvent répété "qu’à 20 ans, on sort, on rencontre des gens, on fait plein de choses". Lui doit rester dans sa chambre, malgré tout plus douillette que sa chambre d’étudiant à Grenoble (Isère).