Confinement, couvre feu : le grand danger des addictions aux jeux d'argent

·1 min de lecture

C'est une addiction peu connue du grand public et qui n'est pas toujours considérée comme une drogue en tant que telle : l'addiction aux jeux d'argent et de hasard a fortement progressé ces dernières années, notamment depuis la libéralisation des paris sportifs. Fin juin, une vaste enquête de Santé publique France dressait ce constat alarmant : la proportion des joueurs excessifs a doublé en cinq ans, passant de 0,8 à 1,6% du nombre total de joueurs, soit 340.000 personnes. Une tendance de fond qui s'est accélérée avec la crise sanitaire. L'observatoire des jeux a récemment fait état de 400.000 joueurs ayant un comportement de jeu problématique et 1,5 million de personnes dans une situation "à risque".

C'en est quasiment devenu un problème de santé publique et les autorités ne cachent plus leur préoccupation, comme l'explique au JDD Isabelle Falque-Pierrotin, la présidente de la nouvelle Autorité nationale des jeux (ANJ) mise en place le 23 juin : "Avec la crise qui perdure - et le stress qui va avec - et le couvre-feu, il y a un terreau favorable d'addiction aux jeux d'argent chez les plus fragiles."

La mécanique dangereuse du jeu d'argent

L'addiction aux jeux d'argent peut avoir des conséquences dramatiques. "Le jeu, c'est comme l'alcool : c'est à la fois un médicament - contre la dépression, le chômage, les malheurs de la vie - et c'est un poison, explique Pierre Perret, animateur de l'association de l'Institut du jeu excessif. Pour retrouver l'adrénaline du jeu, le joueur...


Lire la suite sur LeJDD