Confinement : les châteaux, victimes collatérales des mariages annulés

Pour les châteaux qui accueillent de grandes fêtes nuptiales, c’est une catastrophe. Louer leurs salles, leurs chambres et leurs jardins leur permettent souvent d’entretenir leurs vieilles pierres et d’employer des intérimaires. Tous les ans, pour quelques heures, les mariés s’y installent normalement. Mais la crise du coronavirus a remis cela en perspective. Le confinement a en effet repoussé bon nombre de mariages prévus cet été. Aucun saisonnier recruté "Ici, en général la mariée descend ces marches avec sa jolie robe, en arrivant du donjon, pour retrouver tous les amis", raconte Erika Vignial, propriétaire du château de la Flocéllière (Vendée). "On avait des mariages de Chine, du Vietnam, de l’Australie, des États-Unis, d’Allemagne", décrit la propriétaire. Les trois-quarts des employés ont été placés au chômage technique, et aucun saisonnier n’a pu être recruté.