Confinement : le casse-tête de la garde d'enfants

Ce vendredi 2 avril, les services de ressources humaines tournaient à plein régime. Avec ce troisième confinement, annoncé mercredi 31 mars par le président de la République, les parents qui travaillent doivent trouver des solutions pour faire garder leurs enfants. Un véritable casse-tête pour eux...comme pour leurs entreprises. "Toute l'organisation qui avait été faite pour les congés, les départs en vacances, il faut réorganiser et voir si on peut couvrir toute notre activité professionnelle" explique Anne Cagnard, directrice d'une agence de télémarketing à Nice (Alpes-Maritimes). Des solutions bancales "Avec mon épouse, nous avons décidé que deux jours par semaine, je garderais ma fille, et trois jours elle", témoigne un salarié. Selon le gouvernement, c'est la solution idéale à privilégier. Dans le cas contraire, le salarié peut demander à déplacer ses vacances. Son employeur peut également lui imposer 10 jours de RTT ainsi que six jours de congés, sous conditions d'un accord d'entreprise. L'autre possibilité : recourir au chômage partiel avec 84% du salaire maintenu. Pour cela, il suffit d'avoir des enfants de moins de 16 ans, l'accord de l'employeur