Confinement : le blues de Collioure, une station balnéaire désertée par les touristes

D'ordinaire, au mois d'avril à Collioure (Pyrénées-Orientales), des centaines de touristes flânent sur le front de mer au premier rayon de soleil. Or, depuis lundi 5 avril, c'est le calme plat. Les rues pittoresques sont vides, la carte postale reste figée. Ivan Joly, salarié d'une pâtisserie, a vu moins de dix clients à 17 heures. Une journée "plutôt triste", pour le commerçant. Il ne rouvrira donc pas le lendemain. L'horizon du mois de mai Les restrictions de déplacement frappent également de plein fouet les hôtels de la ville. Sylvie et Jérôme Svoboda, gérants de La Frégate, n'ont plus aucun client, et n'attendent pas plus de monde pour les vacances. "Suite aux annonces, [tout] a été annulé. On aurait dû avoir un taux d'occupation d'à peu près 70% pour les vacances", déplore Jérôme Svoboda. Leur chiffre d'affaires a été divisé par 20 au cours des derniers mois. Sur les 14 hôtels que compte la ville, 12 sont fermés. Les hôteliers et commerçants ont d'ores et déjà tiré un trait sur le mois d'avril, et comptent désormais sur le mois de mai, qu'ils espèrent riche en soleil comme en touristes.