Confinement : quel avenir pour les assistantes maternelles ?

Une dernière journée de travail avant plusieurs semaines d’inactivité ? C’est ce que craignent de nombreuses assistantes maternelles en France vendredi 2 avril. Il y en a 280 000 dans le pays qui exercent cette profession et elles s’occupent en moyenne d'un à quatre enfants. Si elles ne peuvent plus travailler, les familles devraient alors s’organiser pour assurer la garde de leurs enfants. Certains parents envisagent de poser des congés pour pouvoir s’occuper de leur famille. Une profession divisée Au sein même des assistantes maternelles, on observe plusieurs sons de cloche et tout le monde ne s’accorde pas sur une volonté commune. "Les assistantes maternelles sont partagées. Il y a celles qui craignent d’être contaminées, de contaminer leurs familles, et d’autres qui souhaiteraient plutôt que ce soit sous le régime du volontariat", déclare Nathalie Dioré, secrétaire confédérale de la CSAFAM. Une décision finale devrait être prise vendredi 2 avril.