Confinement : après les Alpes-Maritimes, d’autres départements bientôt concernés ?

À Dunkerque (Nord), les chiffres atteignent lundi 22 février des sommets, avec un taux d’incidence de 901 cas positifs pour 100 000 habitants les sept derniers jours, contre 658 la semaine précédente. "La première des choses à faire est d’essayer de limiter ce phénomène territorial, indique le Dr. Patrick Goldstein, chef de service du Samu du Nord. (…) On est peut-être obligé d’envisager, de réfléchir à (…) ce qui pourrait être un confinement local". Certains habitants se disent prêts à "sacrifier trois semaines" pour "repartir à zéro". Une mesure mieux respectée ? À Mayotte, un confinement local est en vigueur depuis le 5 février dernier, tandis qu'à l’étranger, l’Espagne et l’Italie ont déjà eu recours aux confinements locaux pour freiner l’épidémie. Pour certains, cette mesure serait plus efficace car mieux comprise. "Dans une zone ou la situation sanitaire est très dégradée, la perception du risque est forcément beaucoup plus importante, explique le Dr. Pascal Crépey, épidémiologiste. Et donc toutes les mesures qui sont mises en place pour contrôler ce risque vont forcément être beaucoup mieux acceptées."