Confinement allégé : Macron et le gouvernement pris au piège de "l'effet domino" ?

·1 min de lecture

N'appelez surtout pas ça "déconfinement" : l'exécutif martèle depuis maintenant plusieurs semaines que le desserrement partiel des contraintes pesant sur les Français n'aura rien à voir avec ce qui a été réalisé en mai dernier. Mardi soir, Emmanuel Macron va donc logiquement acter un allègement du confinement face au coronavirus. Mais en desserrant l'étau sur un secteur, le gouvernement se trouve à chaque fois confronté à un autre secteur, qui demande, à son tour, moins de contraintes. Au point de créer un véritable "effet domino".

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 24 novembre

À partir du moment où le gouvernement a envisagé la reprise des messes autour du 1er décembre et que, dans le même temps, les commerces non essentiels ont réclamé aussi leur réouverture, d’autres lieux accueillant du public ont demandé la même chose. En proposant, par ailleurs, exactement les mêmes protocoles sanitaires.

Quid des salons de coiffure ?

Un conseiller ministériel pose un autre problème, cette fois-ci autour du kilomètre réglementaire : "Comment peut-on autoriser les courses de Noël tout en interdisant de faire des balades sans rencontrer personne ?" C'est l'une des questions que devra trancher le Conseil de défense, mardi, avant l'allocution présidentielle.

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Coronavirus : quel calendrier pour la vaccination en France ?

> Ces trois facettes du coronavirus dont vous n’avez peut-être pas entendu parler

> Covid : faut-il s'inqu...


Lire la suite sur Europe1