Confinement : les achats de résidences secondaires augmentent

Erquy (Côtes-d'Armor), une petite station balnéaire bretonne, n'attire plus seulement les touristes. Ici, les maisons à vendre sont devenues une denrée rare. Caroll Eeckman est bien décidée à quitter son appartement à Bruxelles (Belgique) pour le grand air. Elle a visité une maison affichant plus de 120 mètres carrés habitables, et proposée à 580 000 euros. La mer est située à quelques kilomètres. 1 000 demandes sur quatre produits à vendre Pour Caroll Eeckman, les confinements ont été un déclencheur. "J'en ai marre d'être enfermée, oppressée. On a toujours dit qu'un jour, on achèterait sûrement quelque chose dans la région", confie-t-elle. Les potentiels acquéreurs sont très nombreux depuis un an. Brigitte Leclerc, agente immobilière, n'avait jamais vu un tel engouement : "On a, à peu près, 1 000 demandes pour quatre produits à vendre". Face à la pénurie de biens, les prix s'envolent dans le secteur : ils ont bondi de 7,1 % sur un an, sur la côte d'Émeraude.