Confinement: plus de 225.000 verbalisations pour non-respect des mesures

Le HuffPost avec AFP
Des policiers patrouillent sur les bords de Seine à Paris le 20 mars, pour s'assurer du respect des mesures de confinement.

CORONAVIRUS - Plus de 225.000 procès-verbaux ont été dressés par les forces de l’ordre pour non-respect des mesures du confinement depuis leur mise en oeuvre, a déclaré Christophe Castaner ce jeudi 26 mars dans “Vous avez la parole” sur France2, où plusieurs ministres ont été joints par téléphone pour préciser différentes mesures prises dans le cadre de l’épidémie de coronavirus.

Depuis la mise en place de strictes mesures de confinement le 17 mars, environ 3,7 millions de contrôles ont été réalisés dans toute la France, a précisé le ministre de l’Intérieur, qui a estimé que le confinement devrait se “poursuivre tant que nous n’aurons pas gagné le combat contre le virus”.

Depuis que l’état d’urgence sanitaire a été voté par le Parlement, les sanctions pour non-respect des mesures de confinement ont été durcies: de 135 euros, l’amende peut atteindre 1500 puis 3700 euros assortis de 6 mois de prison ferme en cas de récidives. Pour se déplacer, il est impératif d’avoir sur soi une attestation dérogatoire. Sur la dernière version mise en ligne sur le site du ministère de l’Intérieur, il faut préciser l’heure de sortie du domicile et choisir parmi les sept motifs de déplacements autorisés.

“Nous ne souhaitons pas dresser des procès-verbaux, nous souhaitons contrôler, non pas pour sanctionner mais pour protéger”, a cependant souligné le ministre. 

Avec une “vingtaine de milliers” de procès-verbaux dressés pour la seule journée de ce jeudi, Christophe Castaner s’est d’ailleurs réjoui d’un chiffre “en baisse légère”. 

Plus de 100.000 policiers et gendarmes ont été déployés pour assurer les contrôles. Au moins une peine de prison ferme a déjà été prononcée contre un fraudeur multirécidiviste dans la Loire. Dans...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post