Confinement : 150 000 commerces non-essentiels fermés pendant quatre semaines

Ils ont pu rester ouverts plus longtemps que d'autres boutiques situées dans des départements davantage touchés par l'épidémie, mais leur sort a, au final, été le même. Samedi 3 avril, quelque 60 000 commerces non-essentiels ont tiré le rideau en raison du confinement national imposé par le gouvernement. Aucune réouverture n'est prévue avant début mai, autrement dit dans quatre semaines. Un vendeur de vêtements à Marseille (Bouches-du-Rhône) explique sa crainte : "Ces articles là (...) nous inquiètent un peu car si on ne les vend pas au mois d'avril, ça va rester en stock". Avec des aides de la part du gouvernement "bienvenues", comme le signal ce même commerçant, cette troisième baissée de rideau passe mieux. Le risque de faillites en cascade Entre chômage partiel, fonds de solidarité et reports ou exonérations de charges, c'est pour le gouvernement que la facture augmente : pas moins de 11 milliards d'euros par mois. Depuis un an, l'État a dépensé 109 milliards d'euros pour ces aides directes. Avec l'élargissement des mesures de confinement à tout le territoire métropolitain, ce sont maintenant 150 000 commerces et boutiques qui sont fermés. Le risque, une fois les aides levées, c'est les faillites en cascade.