Confinement : à Paris, des rues et des magasins loin d'être désertés

·2 min de lecture

Pour le premier jour de ce deuxième confinement national, la vie ne s'est pas arrêtée à Paris, où l'on observe bien davantage de monde que mi-mars. Et l'ouverture de la Fnac, grande enseigne de biens culturels et d'électroménager, n'est pas étrangère à cette relative normalité.

Surprise pour les Parisiens, vendredi matin, qui ont mis le nez à la fenêtre au premier jour du deuxième confinement national contre le coronavirus : ils ont pu voir des passants, des voitures et des rues nettement plus animées et fréquentées qu'au printemps. Certes, c'est un peu moins vrai en région. Mais vu du quartier de Montparnasse, par exemple, Paris n'a rien d'une ville morte.

"Du monde", contrairement à mars

Là, il y a le bruit des travaux, les klaxons des voitures et, plus tôt dans la matinée, les flots de travailleurs à la sortie des bouches de métro et de RER. Chantal n'a "pas vraiment" l'impression d'être au premier jour d'un confinement national : "Même dans le train, il y avait du monde", dit cette habitante. Pour elle, il y a une vraie différence avec le premier jour du confinement printanier. "Déjà, je venais en voiture. Là, je n'ai pas osé. Il n'y avait personne sur la route, personne dans les rues. Là, il y a vraiment du monde."

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation vendredi 30 octobre

Chantal n'avait d'ailleurs pas d'attestation de déplacement sur elle, comme de nombreux autres Parisiens rencontrés par Europe 1 vendredi matin. Emmanuel Macron avait parlé de tolérance. Pour le premier jour de ce reconfinement censé faire reculer drastiquement l'épidémie, il semble avoir été pris au mot.

Un lecteur de première nécessité ?

Dans le quartier Montparnasse, à Paris, la Fnac Darty a choisi de ne pas fermer et de braver l'interdit du co...


Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :