Confinement partiel dans les Alpes-Maritimes : "Nous n'avions pas le choix", indique la députée Alexandra Valetta-Ardisson

franceinfo
·1 min de lecture

La situation sanitaire liée au coronavirus Covid-19 de Nice inquiète le gouvernement. Le préfet des Alpes-Maritimes a notamment annoncé la mise en place d'un couvre-feu local les deux prochains week-ends, ainsi que la fermeture des commerces de plus de 5 000 mètres carrés et des contrôles renforcés aux frontières. "Nous n'avions pas le choix", a expliqué lundi 22 février sur franceinfo Alexandra Valetta-Ardisson, députée LREM de la 4e circonscription des Alpes-Maritimes.

franceinfo : Ce confinement était-il inévitable ?

Alexandra Valetta-Ardisson : On ne peut pas se réjouir de mettre en place de nouvelles restrictions, mais nous n'avions pas le choix. Les voyants sont tellement au rouge dans les Alpes-Maritimes qu'on était dans l'obligation de prendre de nouvelles mesures. On tente avec ce confinement plus localisé et le week-end et avec un tas de mesures qui accompagneront ce confinement. L'objectif est de faire baisser le plus rapidement possible le taux d'incidence dans les Alpes-Maritimes.

La fermeture des commerces non alimentaires de plus de 5 000 mètres carrés a été décidée. Ils pourront quand même faire du click and collect. Allez-vous aider les commerçants ?

Je comprends que c'est un coup dur pour les commerçants qui font une grosse partie de leur chiffre d'affaires le week-end. Le gouvernement accompagnera bien évidemment toutes ces mesures, il ne laissera pas tomber l'ensemble des commerçants et des artisans. Mais on n'avait pas le choix, à partir du moment où (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi