Les confidences très personnelles de Karine Lacombe : "Je vois un psychanalyste"

·1 min de lecture

Des rares confidences. Karine Lacombe s'est livrée à Darius Rochebin ce jeudi 13 mai, dans le 20h LCI. L'infectiologue qui est devenue, avec Martin Blachier, une star de la télévision depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus, a fait des révélations personnelles. Cette maman de trois enfants a expliqué qu'elle voyait un psychanalyste. "Je trouve que c'est important quand on a des responsabilités puis quand on est dans des périodes qui sont aussi troubles, d'être soutenue," s'est-elle exclamée. Et d'ajouter : "Parce que ça participe aussi à la solidité de la personne."

Evidemment, celui qui a été mis hors de cause après des accusations de harcèlement a voulu en savoir plus. "Il (Le psychanalyste) me dit d'essayer de comprendre par exemple pourquoi je suis terrorisée par le fait que la vie puisse s'arrêter. Alors, ce n'est pas avoir peur de la mort mais être terrorisée par le fait que la vie s'arrête," a-t-elle raconté. Puis de conclure : "C'est assez différent en fait et là je suis en pleine interrogation sur le sujet."

La cheffe de service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine a une carrière professionnelle rythmée par des sacrifices, comme elle l'admettait à Madame Figaro en avril dernier. "J’ai sacrifié la stabilité de ma vie de couple", assurait-elle. Et de poursuivre en dévoilant un pan de sa vie privée : "J’ai eu trois enfants de trois pères différents et je suis séparée du père de ma dernière fille. Il est difficile de trouver un compagnon de vie (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Patrick Bruel : que deviennent Léon et Oscar, les enfants qu'il a eus avec Amanda Sthers ?
VIDEO - Emmanuelle Béart folle amoureuse de Dave : cette surprenante anecdote
Friends de retour : Jennifer Aniston dévoile les premières images !
Alice Detollenaere, la chérie de Camille Lacourt sublime : la vidéo express de sa grossesse
Brigitte Macron et le casse-tête de sa garde-robe : "On touche au syndrome Marie-Antoinette"