Conférence sur les océans : pour John Kerry, l'Ukraine ne doit pas faire oublier la crise climatique

Réunis à Lisbonne au chevet des océans, une quarantaine de chefs de gouvernement et ministres ont mis en avant ce mardi 28 juin la nécessité d'agir pour protéger l'immensité bleue et ses écosystèmes marins. Avant d'appeler à des actions concrètes, l'ancien secrétaire d'Etat américain, John Kerry a averti qu'une crise ne devait pas faire oublier une autre : l'urgence climatique.

Bien que les actions de la Russie en Ukraine soient répréhensibles, nous ne pouvons pas laisser la situation en Ukraine faire obstacle au travail que nous faisons cette semaine et à celui que nous devons continuer à faire. L'environnement et le climat ne s'arrêtent pas soudainement à cause d'une invasion.

Un sentiment d'urgence partagé par les autres participants de cette conférence organisée par l'ONU dont le ministre du climat et de l'environnement de la Norvège. "La haute mer est de plus en plus menacée par la surpêche, le changement climatique et la pollution. C'est pourquoi nous devons rapidement conclure un traité solide pour la gouvernance de la haute mer, basé sur la recherche et la science.", a réagi Espen Barth Eide.

Lors de ce deuxième jour de conférence, la lutte contre la pollution plastique ou encore la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité marine ont été mis en avant. Des questions indispensables alors que les océans produisent plus de 50% de nos besoins en oxygène.

Conscients qu'il est très difficile de parvenir à un accord global. Les représentants des différents pays présents ici à la Conférence sur les océans appellent les gouvernements à commencer à prendre des mesures urgentes pour sauver les océans.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles