Non, la Confédération suisse n'appelle pas à "dénoncer" son voisin qui chaufferait trop son logement

Alors que les consommateurs sont incités à réduire leur consommation d'électricité, les autorités suisses demanderaient aux citoyens de dénoncer leur voisin qui monterait le chauffage au-dessus de 19 degrés, prétendent des publications qui circulent largement sur les réseaux sociaux dans plusieurs pays européens depuis le 10 septembre. Mais c'est faux : "la Confédération n'a rien à voir avec ces messages et s'en distancie formellement", ont indiqué les autorités suisses à l'AFP, évoquant une "manipulation".L'affiche qui circule sur internet à l'appui de cette fausse affirmation est un montage, réalisé à partir d'une photographie stockée sur une banque d'images.

"Sympa la Suisse... une affiche encourage la délation anonyme et une récompense... 'Est-ce que votre voisin chauffe l'appartement à plus de 19 degrés ? Merci de nous en informer.' Ces cosmopolites qui nous font supporter leurs vices et leurs fautes sont à placer au bout d'un pic !", peut-on lire en légende d'une publication relayée sur Facebook (1), Twitter (2) et Telegram (3), en français mais aussi en espagnol (4), en serbe (5), en grec (6), en roumain (7), en bulgare (8) et en allemand (9) depuis le 10 septembre 2022.

Capture d'écran prise sur Facebook le 12 septembre 2022 ( AFP / )

"'Espionnez votre voisin - obtenez 200 francs' appelle une affiche d'information en Suisse, où il est interdit d'élever la température de l'air dans les maisons privées au-dessus de 19 degrés. Collabos séquence 2....", est-il encore affirmé dans une chaîne Telegram, présentée comme un canal d'information et de discussion "AntiMacron".

Ce visuel circule alors que l'Europe traverse une grave crise énergétique, conséquence de l'offensive russe en Ukraine.

Pour tenter d'enrayer l'envolée des prix du gaz et de l'électricité, les ministres européens de l'énergie se sont dit favorables vendredi 9 septembre à une série de mesures d'urgence inédites, évoquant même un plafonnement du prix des importations de gaz de l'UE.

Dans la foulée, plusieurs gouvernements européens ont appelé à la solidarité européenne et à la sobriété énergétique. C'est notamment le cas de la Suisse qui a lancé une "campagne d'économies d'énergie", le 31 août 2022, pour inciter entreprises et ménages à adopter des petits gestes pour éviter une situation de pénurie l'hiver prochain.

Sur les réseaux sociaux, des internautes ont alors fait entendre leur crainte quant à la la mise en place d'un système de contrôle de la consommation énergétique des particuliers, tandis que d'autres dénoncent une préfiguration d'un "pass énergétique" au sein de l'Union européenne.

En Suisse, des mesures de restriction et d'interdiction d'utilisation sont actuellement en consultation, et pourraient être mises en place en cas de pénurie de gaz et d'électricité, ont indiqué les autorités suisses. Cependant, le visuel relayé sur les réseaux sociaux n'est pas une campagne d'information du Conseil fédéral, a assuré le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) à l'AFP le 12 septembre 2022. Il s'agit en réalité d'un montage réalisé à partir d'une image stockée sur une photothèque en ligne.

Un photomontage dénoncé par la Confédération suisse

Une recherche d'image inversée permet en effet de retrouver les visuels à partir desquels le trucage a été réalisé.

L'image du panneau d'affichage est visible et téléchargeable gratuitement sur la banque d'images Freepik.

Capture d'écran prise sur la banque d'images Freepik le 16 septembre 2022 ( AFP / )

La photographie de la femme au téléphone utilisée, quant à elle, est facilement et gratuitement téléchargeable depuis la photothèque Adobe Stock.

Capture d'écran prise sur le moteur de recherche TinEye le 12 septembre 2022 ( AFP / )

Capture d'écran prise sur Adobe Stock le 12 septembre 2022 ( AFP / )

 

 

Pour lui donner des airs de campagne d'information officielle, le logo de la Confédération suisse et le numéro de téléphone du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) ont été apposés sur l'image, où figure aussi un message en suisse allemand : "Le voisin chauffe son appartement au-dessus de 19 degrés ? Merci de nous en informer."

En bas à droite de l'affiche, une "récompense de 200 francs" (environ 208 euros) suisses est promise à qui dénoncera ledit voisin.

Contactée par l'AFP, le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) a toutefois assuré, le 12 septembre 2022, que "le logo de la Confédération et le numéro de téléphone figurant sur l’image ont été utilisés de manière abusive. La Confédération n’a pas créé de telles affiches ni lancé un appel de ce type, il s'agit manifestement d'une manipulation."

"De faux appels à dénoncer le comportement de voisins qui chaufferaient trop leur logement circulent depuis samedi sur les réseaux sociaux. La Confédération n'a rien à voir avec ces messages et s'en distancie formellement", a ajouté le gouvernement, spécifiant avoir "ouvert une enquête concernant cet abus."

Mise en consultation des mesures prévues en cas de pénurie de gaz

Les publications diffusées sur les réseaux sociaux assurent qu'en Suisse, "il est interdit d'élever la température de l'air dans les maisons privées au-dessus de 19 degrés."

A ce sujet, le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) a indiqué à l'AFP, le 8 septembre 2022, qu'"à l’heure actuelle, il n’y a ni pénurie d’électricité ni pénurie de gaz en Suisse, c’est pourquoi aucune restriction ni interdiction d’utilisation n’est en vigueur. Il ne peut donc y avoir d’infraction à de telles dispositions. L’administration est en train de préparer des mesures de restriction et d’interdiction pour le cas où une pénurie grave surviendrait."

En effet, ce même département mène jusqu'au 22 septembre 2022 une consultation auprès des différents cantons sur deux projets d'ordonnance, à savoir l'ordonnance sur les interdictions et les restrictions d'utilisation de gaz et l'ordonnance sur le contingentement du gaz.

La première prévoit notamment, en cas de pénurie grave, des interdictions d'utilisation du gaz dans certains bâtiments et des restrictions d'utilisation pour les espaces intérieurs qui ne pourraient pas être chauffés à plus de 19°C.

"Ces mesures impliquent avant tout la réduction de la température des pièces et de l'eau chaude. Elles concerneraient dans un premier temps surtout les lieux de travail, mais pourraient également être étendues aux logements. Les ménages consommant plus de 40 % du gaz, une diminution substantielle de la consommation de gaz en Suisse n'est pas possible sans leur concours", est-il précisé sur le site gouvernemental.

Dans sa réponse formulée à l'AFP le 8 septembre 2022, le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) explique par ailleurs qu':"il est bien entendu indispensable de définir concrètement la mise en œuvre et le contrôle des restrictions et interdictions qui seront adoptées le cas échéant. La loi sur l’approvisionnement du pays (LAP), sur laquelle ces dernières se fonderaient, ne prévoit pas d’amendes d’ordre. La poursuite des infractions à la LAP serait donc plus compliquée, mais le montant des peines pécuniaires encourues ne serait pas pour autant plus élevé que celui des amendes d’ordre ordinaires."

A noter : le montant maximum d'une amende d'ordre s'élève à 300 francs suisses (environ 312 euros).

(De gauche à droite) Le ministre suisse de l'Economie Guy Parmelin, la ministre de l'Infrastructure, des Transports, de l'Environnement et de l'Energie Simonetta Sommaruga et le président de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'énergie Roberto Schmidt prennent la parole après une conférence de presse à Berne le 31 août 2022 pour annoncer des mesures de faire face à d'éventuelles pénuries d'énergie cet hiver. ( AFP / FABRICE COFFRINI)

Lancement d'une campagne d'économies d'énergie

Pour le moment, les seules dispositions prises par la Confédération face à la crise énergétique sont des mesures de réduction d'approvisionnement en gaz et le lancement d'une campagne de sensibilisation aux gestes du quotidien, déployée pour réaliser des économies d'énergie.

Baptisée "L’énergie est limitée. Ne la gaspillons pas", la campagne adresse une série de recommandations aux entreprises et aux ménages, de la purge des radiateurs à la cuisson des aliments sous couvercle.

"L’objectif est d’encourager une participation la plus large possible afin que la Suisse ne se retrouve pas dans une situation de pénurie", peut-on lire sur le site du gouvernement.

Sur un site dédié, le gouvernement suisse partage ainsi des conseils d'économie d'énergie aux ménages privés, comme aux entreprises et aux associations :

Capture d'écran prise sur le site www.stop-gaspillage.ch le 13 septembre 2022 ( AFP / )

La Suisse menacée par une pénurie de gaz et d'électricité

Bien qu'elle soit l'un des pays les plus riches au monde, la Suisse redoute de manquer d'électricité dans les mois à venir.

Le pays couvre près de 95% de ses besoins énergétiques grâce au pétrole, à l'électricité, au gaz naturel et au bois, et la grande majorité de cette énergie doit être importée, selon l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays.

En été, le pays exporte de l'électricité grâce aux centaines de centrales hydrauliques déployées sur son territoire.

Mais en hiver, c'est l'inverse : la Suisse importe habituellement de l'électricité produite avec du gaz en Allemagne, confrontée cette année à la réduction des livraisons de gaz russe.

Le barrage du Vieux-Emosson, intégré à la centrale hydroélectrique de Nant de Drance en Suisse, le 17 août 2022. ( AFP / FABRICE COFFRINI)

Afin d'éviter autant que possible une situation de pénurie de gaz à échelle européenne, le Conseil fédéral a donc annoncé, le 24 août 2022, soutenir un objectif de réduction volontaire de la demande de gaz de 15% pour le semestre d'hiver par rapport à la consommation moyenne des cinq dernières années.

"Les États membres de l’UE se sont fixés pour objectif de réduire de manière volontaire la demande de gaz de 15 % entre août 2022 et fin mars 2023, afin d’éviter solidairement une situation de pénurie et de garantir un approvisionnement suffisant pour l’hiver à venir", est-il ainsi indiqué sur le site de la Confédération.