La Confédération paysanne appelle à ses délégués à peser dans les débats

Laurent Pinatel, porte-parole de La Confédération paysanne, répond aux questions de journalistes dans la cour de l'Élysée après un entretien avec le président Hollande et le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, le 12 février 2016 à Paris

Muzillac (France) (AFP) - Le congrès de la Confédération paysanne (CP), troisième syndicat agricole, s'est achevé jeudi à Muzillac (Morbihan) par un appel à ses délégués à s'investir dans les débats politiques pour réorienter la politique agricole et réconcilier paysans et citoyens, a constaté l'AFP.

"Lors d'une table-ronde que nous avons eue, l'agro-économiste Aurélie Trouvé a expliqué que la France avait fait un choix de répartition des aides européennes de la Politique agricole commune (PAC), qui faisait que 80% allaient à une agriculture plutôt polluante et très intensive, et 20% seulement à une agriculture qui protège l'environnement et fabrique des produits de qualité", a expliqué à l'AFP le porte-parole de la CP, Laurent Pinatel.

"Or l'Allemagne et l'Angleterre ont fait le choix inverse, ce qui montre que l'on a intérêt à agir sur la politique agricole au niveau national pour réorienter notre agriculture", a-t-il souligné.

Laurent Pinatel a appelé les 400 délégués de la CP à s'engager dans le débat politique, notamment à l'occasion des législatives, les 11 et 18 juin, afin "d'imposer une loi-cadre qui permette de redonner un revenu aux paysans" par des systèmes de fixation des prix indexés sur les coûts de revient.

Au cours des deux jours de ce congrès bisannuel, les délégués ont réfléchi aux moyens de redonner "un revenu aux paysans", et "du sens à leur métier", les deux principaux thèmes de la rencontre, et la feuille de route du syndicat pour les deux années à venir.

A dix jours du premier tour de l'élection présidentielle, Laurent Pinatel a également appelé les représentants "à se saisir de leur droit de vote pour faire barrage au Front national, et à avoir à l'esprit que des politiques accompagnées par la FNSEA (premier syndicat agricole, NDLR) font disparaître les paysans".

"Pour nous, la FNSEA est un adversaire puisqu'elle promeut la compétitivité par l'élimination des paysans, et veut sauver la production quand nous voulons sauver les producteurs", a-t-il ajouté, saluant tout de même l'élection ce jeudi de Christiane Lambert, première femme à la tête du puissant syndicat agricole.

Le congrès a également procédé à l'élection d'une quarantaine de membres de son comité national, lequel se réunira le 10 mai pour élire le secrétariat national. Laurent Pinatel se représentera alors à son poste de porte-parole.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages