La Confédération paysanne alerte sur les faibles revenus des agriculteurs

© QUENTIN VERNAULT / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Inflation , guerre en Ukraine , aléas climatiques...les soucis s'accumulent ces dernières semaines pour la filière agricole. Dans ces conditions, rembourser les crédits et se verser un salaire décent devient de plus en plus difficile. En Bretagne ce samedi, comme dans d'autres régions, plusieurs manifestations rassemblent les agriculteurs à l'appel de la Confédération paysanne afin de dénoncer ces faibles revenus.

"Pour moi, être paysan aujourd'hui, c'est vivre de la terre, vivre de sa production", estime Frédéric Lesieur, cultivateur à Chantepie, près de Rennes, en Ille-et-Vilaine. Vivre de sa passion, en somme. Pourtant, sur le plan financier, ce producteur de légumes depuis cinq ans, est loin d'en vivre décemment. "S'il y a un truc qui devait me faire arrêter, ce serait ça. Je vis avec moins de 800 € par mois, sous le seuil de pauvreté", affirme-t-il.

Des mesures concrètes espérées

Cet exploitant n'est pas un cas isolé. Un agriculteur sur cinq en France peine à s'en sortir en temps normal. La situation s'aggrave d'autant plus lorsque les aléas climatiques s'en mêlent , comme ce fut le cas il y a une semaine. Une violente tempête de grêle s'était abattue sur le secteur. "Cela a été très dévastateur. On a eu 50 mm d'eau en 20 minutes, une demi-heure. On n'est pas couverts par les calamités agricoles, la grêle n'est pas prise en compte. Donc on ne touchera rien si jamais on ne se mobilise pas", développe Frédéric Lesieur.


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles