La conduite, un objet de conflit qui perdure au sein des couples

·1 min de lecture

Sur cette aire d’autoroute, l’affluence est grande. Nombreux sont ceux qui prennent la route des vacances. Et les habitacles des voitures familiales ont encore tendance à ressembler : à droite, madame et à gauche, lunettes de soleil sur le nez et mains fixées au volant, monsieur. Huit hommes sur dix conduisent lors des longs trajets en voiture. Et pas toujours très bien ! Ce serait, en tout cas, l'avis de la copilote d’après une étude de l’Ifop. Dans les couples hétérosexuels, les habitudes sont difficiles à défaire et la conduite masculine serait une source de conflits.

"J'ai toujours été habitué" à conduire

"J’aime bien la place du conducteur", lance Jean-Marie. Et tout ça, pour lui, ce n’est qu’une question "d’éducation". "J'ai toujours été habitué. Mon père conduisait, ma mère seulement de temps en temps", raconte-t-il.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Beaucoup de copilotes s'en satisfont. Elles lisent, dorment, regardent les paysages défiler. Appuyer sur les pédales, Martine ne préfère pas : elle évite ainsi "les tensions bêtes". "Je n’ai pas envie de l'entendre dire à toutes les cinq minutes : 'Attention à droite, attention à gauche'", imagine-t-elle en souriant.

La conduite est l’une des principales sources de conflits dans le couple

Pourtant, dans d’autres couples, la conduite partagée gagne du terrain. Comme dans la voiture de Lucile et David. "J'aime bien conduire. Je trouve ça plutôt juste que chacun puisse conduire", affirme-t-elle ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles