Les conducteurs de voitures électriques seraient beaucoup plus impliqués dans les accidents

© Snapshot-photography/F Boillot/S/SIPA

Une étude de l’assureur Axa montre que les conducteurs de véhicules électriques ont deux fois plus d’accidents que ceux conduisant des voitures thermiques, à cause notamment de l’accélération plus rapide.

Conduire un véhicule électrique est-il plus dangereux qu’une voiture classique ? Aucun élément ne permet de l’affirmer, mais une étude de l’assureur Axa vient apporter des éclairages sur les conducteurs de ces véhicules beaucoup plus récents, rapporte Le Figaro. Selon l’assureur, qui a mené une étude en Suisse auprès de 1 200 personnes, « les conducteurs et les conductrices de voitures électriques causent 50 % de collisions en plus, occasionnant des dommages à leur propre véhicule, que les propriétaires de modèles traditionnels à combustion ».

Lire aussi - Automobile : les voitures électriques françaises ont du succès

Et un élément en particulier est mis en cause dans ce plus grand nombre d’accidents : l’accélération. Les accidents interviennent le plus souvent « au moment, non pas de la réduction de la vitesse, mais de l’accélération », note Axa dans son étude. L’assureur rappelle que, contrairement aux voitures thermiques, où l’accélération se fait progressivement, dans les véhicules électriques, elle se fait plus brusquement. Il s’agit de l’« overtapping » ou accélération rapide involontaire. « La majorité des voitures électriques, notamment les modèles puissants, offre un couple très élevé. Il suffit d’effleurer l’accélérateur pour s’en rendre compte. Cela peut se traduire par une accélération involontaire, par à-coups, incontrôlable », précise l’étude d’Axa en Suisse. De nombreux conducteurs auraient donc dû revoir leur façon de conduire et de s’adapter, les premier...

Lire la suite sur LeJDD

VIDÉO - Mort d'Anne Heche à 53 ans : l'actrice a succombé à son grave accident de voiture