Conditions de pêche post-Brexit : le gouvernement français menace Jersey de rétorsion

·2 min de lecture

Le gouvernement français a menacé mardi de prendre des mesures de rétorsion contre le Royaume-Uni à la suite de nouvelles conditions imposées aux pêcheurs français au large des îles anglo-normandes, contraires selon lui à l'accord commercial post-Brexit conclu entre Bruxelles et Londres.

La France est prête à recourir à des "mesures de rétorsion" à l'égard de l'île anglo-normande de Jersey si les autorités britanniques continuent à restreindre l'accès des pêcheurs français à ses eaux, a déclaré, mardi 4 mai, la ministre de la Mer, Annick Girardin.

"Ces mesures de rétorsion, nous sommes prêts à les utiliser", a-t-elle insisté lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, faisant allusion à des répercussions éventuelles sur le "transport d'électricité par câble sous-marin" qui alimente l'île depuis la France.

"Je regrette si on devait en arriver là" mais "on y sera s'il faut le faire", a-t-elle ajouté.

La ministre s'est dite "révoltée, c'est le mot" en découvrant, au soir du 30 avril, que de nouvelles conditions d'accès avaient été décidées "unilatéralement" côté britannique.

>> À lire : Brexit : la pêche, l'éternel poison des relations entre l'UE et le Royaume-Uni

Selon son ministère, le Royaume-Uni a publié vendredi une liste de 41 navires français autorisés à pêcher dans les eaux de Jersey. Mais cette liste s'accompagne de nouvelles exigences "qui n'ont pas été concertées, discutées ni notifiées avant" dans le cadre de l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

"C'est tout à fait inadmissible", a souligné Annick Girardin. "Si on l'accepte à Jersey, c'est dangereux pour l'ensemble de nos accès" aux poissonneuses eaux britanniques, a-t-elle précisé.

Le député de la Manche Bertrand Sorre, qui l'interrogeait, a cité l'exemple d'un pêcheur de Granville, habitué à pêcher coquilles Saint-Jacques et bulots "en moyenne 40 jours par an" dans les eaux de Jersey.

Il a découvert qu'il pourrait désormais s'y rendre "seulement onze jours" en 2021 "et uniquement pour la coquille, disparu le bulot !" a-t-il rapporté.

Parmi les pêcheurs, "la colère gronde et l'envie d'en découdre est palpable", a mis en garde l'élu local.

Avec AFP