Condamnation des violences sexuelles sur mineurs: Marlène Schiappa prête à "aller plus loin"

1 / 2

Condamnation des violences sexuelles sur mineurs: Marlène Schiappa prête à "aller plus loin"

Marlène Schiappa s'est dite lundi prête à "rouvrir" les discussions pour "aller plus loin" dans la pénalisation des violences sexuelles sur mineurs si l'évaluation de sa loi votée en 2018 s'avérait négative sur ce point, un débat relancé récemment par l'affaire Matzneff.

"La question qu'on se pose aujourd'hui c'est 'est-ce que cette loi permet de mieux condamner les violences sexuelles, et notamment les viols sur les mineurs de moins de 15 ans?'", a déclaré la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes en confiant à la députée LaREM Alexandra Louis une mission d'évaluation de la loi contre les violences sexistes et sexuelles, dite "loi Schiappa". La remise du rapport de la députée est prévue pour le mois d'avril.

"Je m'engage à rouvrir le texte"

"S'il s'avère que le monde de la justice n'a pas compris son sens, qu'il n'y a pas eu plus de condamnations, que la formulation du texte n'a pas permis de protéger mieux les victimes, alors je m'engage à rouvrir le texte pour proposer une rédaction qui soit encore plus dure", a-t-elle poursuivi, se disant "prête à retourner au combat" pour "aller plus loin".

La loi Schiappa votée le 3 août 2018 a créé un "outrage sexiste" qui permet de verbaliser les faits de harcèlement de rue, allongé les délais de prescription des crimes sexuels sur mineurs de 20 à 30 ans après la majorité et, dans l'optique de mieux pénaliser les viols sur mineurs, précisé dans le code pénal que "la...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi