Condamnation de l’État pour inaction climatique : "Une décision pas si historique"

·1 min de lecture

L'État a été jugé ce mercredi "responsable" de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique et devra verser un euro symbolique aux associations de défense de l'environnement qui avaient porté plainte. "A hauteur des engagements qu'il avait pris et qu'il n'a pas respectés dans le cadre du premier budget carbone, l'État doit être regardé comme responsable (...) d'une partie du préjudice écologique constaté", ont estimé les juges du tribunal administratif de Paris.

>> Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

Quatre ONG, groupées sous la bannière "l'Affaire du siècle" (Notre Affaire à tous, Greenpeace France, Fondation Nicolas Hulot et Oxfam France), avaient en effet saisi le tribunal en mars 2019. Mais si la décision a été jugée "historique" par celles-ci, soutenues par une pétition de plus de 2,3 millions de citoyens, les choses sont en réalité un peu plus compliquées. 

Reconnaissance d'une "responsabilité collective"

En effet, le juge a bien reconnu une faute de l'Etat ces dernières années. Dans la mesure où celui-ci n'a pas respecté ses propres objectifs en matière de réduction des gaz à effet de serre, il a été condamné pour le préjudice moral causé aux quatre associations de défense de l'environnement. Seulement l'État n'est pas dans l'obligation de réparer ce préjudice. 

>> A LIRE AUSSI - "Affaire du siècle" : la charge de Rugy contre "des associations purement médiatiques"

Un constat que déplore Arnaud Gossement, avocat&...


Lire la suite sur Europe1