"Condamnation de Derek Chauvin : un jugement avant tout politique"

·1 min de lecture

" Un concert de commentaires enthousiastes a salué une décision présentée comme historique. Mais entre la pression considérable des médias américains et le soulagement de Joe Biden face à de potentielles violences, ce jugement est clairement un choix politique ", écrit Régis de Castelnau, avocat et blogueur.

Déferlement de réactions enthousiastes, aux États-Unis et ailleurs, après le jugement de culpabilité prononcé à l’égard de Derek Chauvin par un tribunal de Minneapolis retenant les trois infractions qui lui étaient reprochées à la suite de la mort de George Floyd. Des chefs d’État aux militants en passant par les journalistes, c’est un concert de commentaires enthousiastes saluant une décision présentée comme historique. La justice américaine serait ainsi lavée de tous ses péchés antérieurs pour avoir rendu un jugement sans prendre en considération la couleur de peau des protagonistes.On peut avoir été révulsé par l’horrible séquence filmée de l’agonie de George Floyd, considérer que Derek Chauvin était coupable de lui avoir volontairement donné la mort, penser qu’un verdict d’acquittement serait apparu comme un déni de justice porteur de risques de violence.Mais il n’est pas possible de considérer que nous sommes en présence d’une décision de justice régulière et par conséquent judiciairement légitime. Le choix fait par le jury de Minneapolis - complètement contraint - est clairement un choix politique à la suite d’une procédure elle aussi menée de bout en bout...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République