Aung San Suu Kyi : «Il n'y a plus personne pour s'émouvoir de son sort»

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Aung San Suu Kyi
    Aung San Suu Kyi
    Femme politique birmane

Ce lundi matin, Aung San Suu Kyi a été condamnée à deux ans de prison par la junte militaire birmane. Elle a été condamnée en vertu de la section la loi 505B qui interdit de critiquer le régime, mais aussi en vertu d'une loi sur les catastrophes naturelles. Les observateurs auront bien compris qu'il s'agissait là de prétextes pour condamner la militante des droits de l'homme. Au fil des condamnations successives, la junte birmane, qui a pris le pouvoir il y a maintenant neuf mois, est bien décidée à enterrer vivante l'ancien prix Nobel.

>> À LIRE AUSSI - Birmanie : Aung San Suu Kyi condamnée à 4 ans de prison

Plus personne ne s'émeut du sort d'Aung San Suu Kyi 

Ce prix, Aung San Suu Kyi l'a reçu il y a pile trente ans. À l'époque, le monde entier admirait la "Dame de Rangoun" et sa résistance pacifique. Elle n'était pas allée à Stockholm recevoir le prix car elle était en résidence surveillée. La militante est toujours enfermée, mais il n'y a plus personne pour s'émouvoir de son sort. Le destin d'Aung San Suu Kyi a été extraordinaire de bout en bout et l'aveuglement de l'Occident est encore plus extraordinaire.

Si on résume : les militaires birmans condamnent la femme qui a failli les virer du pouvoir. Ils ont fait leur putsch le 1er février parce qu'ils avaient perdu les élections. C'est la Ligue nationale pour la démocratie, le parti d'Aung San Suu Kyi, qui avait obtenu une majorité pour changer la Constitution et donc imposer un pouvoir civil. Cette victoire a été éc...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles