Condamnée pour 62 vols dans des voitures garées aux lacs de Brétigny et Ollainville

Florian Loisy (@florianloisy sur twitter)
Lac de Carouge de Brétigny-sur-Orge, ce jeudi. Les voleurs ciblaient les affaires que les promeneurs et les joggeurs qui laissent dans leur voiture avant de partir profiter des lacs de Brétigny ou d’Ollainville

Deux voleurs ont écumé les parkings des lacs de Brétigny-sur-Orge et d’Ollainville entre mai et septembre. Jugés ce jeudi au tribunal d’Evry, ils ont reconnu avoir brisé les vitres de 62 véhicules et volé les effets personnels laissés par les promeneurs et joggeurs dans leurs coffres.


Un scénario rodé et répété à l’envi : en journée, Johanna, 20 ans, qui vit à Saint-Chéron, prend sa voiture en direction de Leuville-sur-Orge et va chercher un ami âgé de 17 ans, lui aussi issu de la communauté des gens du voyage. Puis les deux compères font route vers le lac de Carouge à Brétigny-sur-Orge ou vers celui d’Ollainville.

Là, la conductrice s’arrête sur le parking, moteur tournant. Le mineur descend du véhicule, s’empare d’une pierre, casse la vitre d’une voiture stationnée et cherche un sac laissé dans l’habitacle ou le coffre par un promeneur ou un joggeur. Entre le 3 mai et le 28 septembre, ces deux voleurs ont fait 62 victimes. Le garçon était présenté devant un juge des enfants ce jeudi. De son côté, la conductrice, mère de deux enfants de 2 ans et 5 ans, a été condamnée à 15 mois de prison dont 12 avec sursis assortis d’un mandat de dépôt par le tribunal d’Evry. Elle devra rembourser plus de 11 000 € aux victimes.

« On cherchait juste à se faire un peu d’argent, glisse cette brune au visage d’ange devant les juges. Les téléphones, les ordinateurs et le reste de ce qui était dans les sacs, on s’en débarrassait, on n’a rien revendu. »

Une manière de minimiser des faits qui étonne les parties civiles : « Mon chéquier a été utilisé à plusieurs reprises, pour près de 600 € », affirme une responsable RH dont le téléphone et l’ordinateur professionnel ont été dérobés dans sa voiture. « J’ai dû beaucoup travailler pour remettre à jour tous mes dossiers perdus. »

Il n’est pas la seule victime à avoir témoigné au tribunal. « Nous n’allons plus courir depuis ce vol », soulignent deux joggeuses. « Et j’ai encore peur que vous veniez chez moi parce que vous avez mon adresse et les (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Forêt de Sénart : l’ONF met fin aux coupes rases
Essonne : de gros retards dans la distribution du courrier
L’Essonne dévoile la richesse inestimable de son sous-sol
Brétigny : un festival et des invités de marquer pour fêter le lifting du Ciné 220
Linas-Montlhéry : les bolides italiens ont rendez-vous à l’autodrome

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages