Condamné à la perpétuité pour un double assassinat, il réapparaît 20 ans plus tard en Indonésie

·6 min de lecture
Thierry Ascione, dans une vidéo publiée sur Youtube en novembre 2021. - DR
Thierry Ascione, dans une vidéo publiée sur Youtube en novembre 2021. - DR

Il dit vouloir s'expliquer. Recherché depuis plus de 20 ans après sa condamnation en son absence pour le double meurtre de ressortissants français au Guatemala, Thierry Ascione fait désormais l'objet d'une demande d'extradition de la justice française. Localisé en Indonésie, comme le révèle Le Parisien, il continue de clamer son innocence.

De Paris à Bangkok en passant par Miami, l'affaire qui concerne Thierry Ascione débute à Guatemala City en novembre 1991. À cette époque, ce Marseillais, déjà condamné à sept ans de prison pour un braquage au début des années 1980, y est installé pour le compte d'une société française de véhicules de transport qui commerce notamment avec la junte militaire au pouvoir. Sur place, il fait la connaissance de Jean-Philippe Bernard et Philippe Beret.

Du Guatemala à la Thaïlande

Jean-Philippe Bernard s'occupe dans la capitale guatémaltèque de la gestion d'un restaurant "Le bistrot de Paris" lancé par son oncle Bernard Béreaud. Ce dernier, âgé de 52 ans, est par ailleurs à la tête d'un des lieux les plus huppés de la ville - "Chez Pierre" - où se côtoient à table les élites du pays. Dans la nuit du 27 au 28 décembre 1991, le restaurateur et sa compagne Marie-Antoinette Perriard, âgée de 44 ans, sont assassinés. Leurs corps sont découverts torturés et mutilés à deux endroits distincts de la ville.

Le 29 janvier 1992, Jean-Philippe Bernard est arrêté, tout comme Philippe Beret, un ancien militaire habitué du restaurant. Au terme d'une enquête rapide, et la mise à l'écart de témoignages favorables aux deux jeunes hommes, ils sont condamnés à 30 ans de prison - une peine confirmée par la Cour suprême du Guatemala en 1995. Cette condamnation s'appuie notamment sur un témoignage controversé d'un employé des victimes, obtenu six mois après les meurtres, après avoir obtenu l'asile au Canada: il indique avoir vu Jean-Philippe Bernard, Philippe Beret et Thierry Ascione forcer les deux victimes à monter dans une voiture.

Après la mort du restaurateur et de sa compagne, ce dernier a quitté le Guatemala pour Miami. Il est accusé d'avoir vidé les comptes bancaires de la victime, en encaissant deux chèques signés par Bernard Béreaud, avant de se faire oublier en Asie. Sa trace réapparaît en 1995 à l'occasion de l'émission Perdu de vue, au cours de laquelle le Marseillais prend la parole pour dédouaner ses deux amis. L'homme se trouve alors en Thaïlande où il est arrêté quelques semaines plus tard alors qu'il utilisait un passeport signalé comme volé par un Américain.

20 ans de cavale

Thierry Ascione est expulsé vers la France où il est présenté à un juge dans le cadre de l'instruction ouverte depuis 1992 sur le meurtre des deux Français au Guatemala. En 2000, après avoir passé quatre années et sept mois en détention provisoire, le Marseillais accusé de "complicité d'assassinat", "faux et usage de faux" et "escroquerie", est pourtant remis en liberté en raison de la lenteur de la justice.

Son procès s'ouvre le 3 octobre 2000 devant la cour d'assises de Paris, sans lui. Thierry Ascione a pris la fuite. Il est condamné, par contumace, à la réclusion criminelle à perpétuité le 5 juin 2001.

Thierry Ascione refait surface le 2 novembre dernier avec une première vidéo sur Youtube. "Jusqu'à présent, d'après les Français, j'ai été arrêté en Indonésie, je suis en prison en Indonésie en attendant mon extradition, ils m'ont déjà fait le coup une fois, ils ne vont pas me le refaire une deuxième fois", prévient Thierry Ascione le lendemain dans une autre vidéo, filmée depuis un hôpital, qui se veut être une mise au point.

En fuite depuis 21 ans, Thierry Ascione a voyagé à travers le monde, échappant à la justice.

En octobre dernier, "il est parti des Philippines à bord de son voilier, en compagnie de son compagnon et de leurs chiens, en indiquant qu'il se rendait en France, en l'occurrence en Nouvelle-Calédonie", explique à BFMTV.com son avocat Me Arthur Vercken.

Sur le trajet, le bateau est victime d'une avarie, mettant hors service l'électronique. Les passagers se mettent à l'abri sur un îlot indonésien. Thierry Ascione est alors autorisé à se rendre dans une plus grande ville indonésienne. Il prévient le consulat français de sa présence sur le territoire.

Mandat d'arrêt

L'homme, aujourd'hui âgé de 62 ans, qui souffre de problème respiratoire et d'une "infection du sang", comme il l'explique dans sa vidéo, faisait en effet route, sous sa véritable identité, vers la France pour y être soigné sans crainte de passer par la case prison.

Thierry Ascione considère en effet être à l'abri des poursuites dont il fait l'objet en France, estimant que le délai de prescription de 20 ans pour une condamnation non purgée est passé. Aujourd'hui, il ne peut quitter l'Indonésie n'ayant plus son passeport mais il n'est pour autant pas incarcéré.

Les autorités françaises ne font pas le même calcul que Thierry Ascione, et ont formulé une demande d'extradition auprès de leurs homologues indonésiens. "Thierry Ascione est sous le coup d'un mandat d'arrêt décerné par la cour d'appel de Paris en 2019", rappelle une source judiciaire.

C'est sur la base de ce mandat, "diffusé avant la prescription de la peine", que Thierry Ascione sera interpellé, extradé vers la France et présenté à un juge. Une fois aux mains de la justice française, il aura la possibilité d'accepter sa condamnation ou la rejeter.

Complot ou "affabulations"?

Un nouveau procès pourrait alors être organisé, l'hypothèse la plus probable, car Thierry Ascione n'a cessé de clamer son innocence. Il a d'ailleurs créé un site internet afin de raconter "la vraie histoire de l'affaire du Guatemala" et assure que lui et ses deux co-accusés sont "trois pigeons".

"Thierry Ascione a vraiment envie de s'expliquer", assure aujourd'hui son avocat Me Vercken.

Selon Thierry Ascione, Bernard Béraud jouait à "un double voire un triple jeu qui lui a coûté la vie", rapporte Me Vercken. Le Marseillais assure que le restaurateur collaborait avec la DEA, l'agence américaine de lutte contre la drogue, qu'il donnait des renseignements aux pouvoirs français et qu'il finançait par ailleurs le RPR. Thierry Ascione maintient depuis 20 ans que les comptes bancaires ont été vidés par un cadre du parti de droite.

Il met alors en cause le juge d'instruction français en charge du dossier à l'époque - Gilbert Thiel, figure de la lutte antiterroriste, connu pour avoir également instruit les crimes de Guy Georges. Il affirme que le magistrat n'a pas fait les recherches nécessaires à la manifestation de la vérité, notamment concernant les comptes bancaires vidés à Miami.

Contacté par Le Parisien, le magistrat, désormais à la retraite, assure avoir auditionné le politique mis en cause par Ascione. Gilbert Thiel parle "d'affabulations". Si je l'ai renvoyé aux assises, c'est que j'estimais les charges suffisantes", conclut-il.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles