Concerto, canicule au Canada et traitement contre le Covid-19 : l’actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 8 juillet 2021 : première image pour le spectromètre Concerto, la canicule du Canada est liée au réchauffement climatique, et les traitements aux anticorps mononucléaux contre le Covid-19.

L'actualité des sciences du 8 juillet 2021, c'est :

En espace : .

  • L’instrument Concerto installé sur le télescope APEX, dans le désert chilien d'Atacama, a réalisé ses premières observations.

  • Concerto examinera le rayonnement émis par les atomes de carbone ionisé, un traceur précieux de la formation d’étoiles, au début de l'ère cosmique il y a entre 600 millions et 1,2 milliard d'années.

  • Grâce à Concerto, les astrophysiciens pourront mieux connaître la contribution des galaxies à la réionisation, évènement clé de l'histoire de l'Univers.

En Climat : .

  • Les records de température enregistrés au Canada fin juin 2021 n’auraient pas pu se produire sans l’augmentation des teneurs en gaz à effet de serre d’origine humaine.

  • Sans la hausse récente des températures, une telle canicule n’aurait pas été possible à ces latitudes.

  • Les scientifiques craignent avoir franchi un seuil irréversible où les canicules exceptionnelles pourraient donc se reproduire jusqu’à deux fois par décennie.

Covid-19 :

  • L'OMS recommande d'utiliser deux anticorps monoclonaux pour traiter les formes sévères de Covid-19 : le tocilizumab de Roche et le sarilumab de Sanofi.

  • Les recherches ont montré que le risque de mourir du Covid-19 passait de 25% pour les patients recevant des soins classiques à 22% pour les patients traités avec ces deux molécules.

  • Le tocilizumab et le sarilumab sont onéreux, une injection de vaut en France 824 euros, contre 803 euros pour le , un prix pouvant atteindre plus de 3.000 euros aux Etats-Unis.

En Santé : .

  • Des sucres contenus dans le lait maternel nourrissent des bactéries intestinales qui à leur tour facilitent le développement du système immunitaire des bébés.

  • Supplémenter des bébés non allaités avec ces bactéries ou ces sucres pourrait les protéger.

  • Ces sucres pourraient minimiser le risque de certaines maladies auto-immunes, ce qui devrait surtout bénéficier aux enfants non allaités.

En Biodiversité : .

  • La pollution des cours d'eau douce avec de la méth[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles